Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/03/2013

L'hiver n'est pas fini

Tout le monde le dit: après les tempêtes et les grands froids, c'est maintenant que l'hiver est le plus dur à supporter car il s'étire et tire en longueur jusqu'en avril. Aujourd'hui, c'est tempête... Même si les températures sont plus clémentes (limite sous zéro), le déneigement est encore d'actualité!

01/02/2013

Noir c'est noir (bis)

Ne jamais dire tout haut ce qu'on pense tout bas, ou alors le dire très doucement...

Lorsque les bourrasques commencent à se succéder, je prends l'habitude de ne plus penser du tout et j'attends. La première fois que le vent a provoqué des coupures d'électricité, j'étais en train de réfléchir tout haut à tous ceux qui s'étaient installés au Québec au 17e et même au 18e siècle, sans eau potable qui coule directement à un robinet, sans électricité, sans chauffage... Au moment de la première coupure d'électricité qui a duré une petite heure, je me disais que finalement à notre époque, nous étions bien vulnérables face aux éléments, complètement dépendants de l'électricité pour le chauffage, la cuisinière, le frigo, les toilettes (je reviendrai là-dessus, heu... enfin, j'expliquerai ce qu'il en est dans une autre note), et paf ! le noir complet.

Alors, hier, quand on a été privé d'électricité pendant plus de 12 heures, j'ai encore eu une petite pensée pour tous ceux qui se chauffaient au bois (ouf, on a un poêle!), qui s'éclairaient à la bougie (romantique un repas froid à la lueur des chandelles!)...

Quand le réseau est essentiellement aérien, il ne faut pas être surpris! C'est la nature qui dicte sa loi et ce n'est pas un petit poteau qui va lui faire peur! DSC03187.JPG

27/12/2012

Le calme après les tempêtes

Québec, Canada, neige, tempête, vent, glace, grésil, rafale, hiver

La fin du monde, c'est peut-être pour aujourd'hui finalement... En dix jours, nous avons déjà été confronté à trois tempêtes ! Comment est-ce possible qu'il n'y ait pas plus de meurtres ici ? Honnêtement, il faut avoir les nerfs sacrément solides pour supporter ce vent qui siffle sans arrêt pendant des heures, les pannes d'électricité, les routes blanches et les dunes de neige qui se forment en plein milieu de la route... Pendant la période la plus forte de la tempête, quand on se prend les rafales en plein sur la maison, tout vibre ! Et puis, on ne voit plus à quelques mètres, quand il fait encore clair, il fait blanc au sol, blanc devant, blanc en l'air, blanc sur les côtés !

J'ai hâte d'entendre à nouveau ce silence qui règne après la tempête, quand le soleil revient sur la neige brillante et croûtée... En attendant, j'écris et je pense à ceux qui me suivent régulièrement sur ce blogue. Mes nerfs vous remercient.